Sourire à l’effondrement - Co-créer le futur

CenterFolders/Paris_FR/Bouddhisme_engag/trees-3464777_1920_square.jpg
Date :
vendredi 24 avril 2020 (19:30 -21:00)
samedi 25 avril 2020 (09:30 -18:00)
dimanche 26 avril 2020 (09:30 -17:00)
Lieu:
Centre de Méditation Shambhala de Paris
Enseignante : Catherine Eveillard
Coordinateur : Franck Le Naourèse
Non-membre : 150
Membre : 120
Comment retrouver le courage, la vision et la solidarité nécessaires pour changer nos vies et entrer en action au service de la planète ? Un nouveau programme exploratoire, après le succès du premier week-end Sourire à l’effondrement en octobre 2019.

programme reportée - plus d'informations à venir

La planète terre nous échappe ! Elle se dresse devant nous pour mettre un terme à notre folie. Bien plus qu’une crise structurelle aux multiples aspects, il apparaît de plus en plus clairement qu’il s’agit de notre propre vision de nous-mêmes, en tant que société, et de notre relation aux autres êtres et à tout le monde vivant.  L’effondrement écologique est un miroir grossissant de notre propre effondrement.

Aimer le monde tel qu'il est.

Pour développer et maintenir des capacités de compassion et d’entraide dans des situations de plus en plus critiques, nous cultivons en nous-mêmes et avec les autres le terrain de notre bonté originelle et de la confiance.  Aimer le monde tel qu'il est, c'est accepter la pluralité des êtres, de leurs visions du monde et de leurs besoins et développer ensemble le courage de faire face à la souffrance actuelle.

Méditer pour mieux s’écouter soi-même et s’écouter ensemble.

Dans la méditation, nous devenons conscients de nos pensées, de nos perceptions, nous entendons nos jugements et nos préjugés, tout ce qui nous retient dans le monde de la peur et de la défiance. L’écoute couplée à la méditation nous introduit dans une dimension de l’inter-être, qui nous relie aux autres, plutôt que de nous en séparer: celle d’une intelligence globale, qui inclut l’esprit, le cœur et le faire, intuitive, naturellement ouverte et généreuse.

Co-créer le futur émergent.

L’étape suivante consiste à agir, en multipliant au besoin différents angles d’approche, différents points de vue, de façon à tester le mieux possible et à réajuster au fur et à mesure les objectifs et les moyens de l’action. Nous agissons pour nous donner le droit d’échouer et de recommencer tout en en restant ancré dans  la confiance établie à l’étape précédente.

Le mouvement de co-création aboutit à la mise en place d’expériences concrètes et personnelles, des prototypes  qui explorent l’avenir sur un délai court et sans passer par l’analyse conventionnelle.  Il en résulte un réseau vibrant et en rapide expansion, réseau d’actions et d’acteurs du changement qui utilisent les prototypes comme autant de leviers à leurs connaissances et s’entraident face aux défis auxquels les crises de tous ordres les confrontent.

Objectifs du week-end

A partir de l’écoute et du partage de nos réactions  personnelles à cette prise de conscience de l’effondrement - , nous commencerons par identifier ce qui est en jeu : perte de nos points de repère conceptuels et émotionnels, de notre idée du confort, du loisir, du travail, de la sécurité, peur, anxiété, déni….  ce  week-end nous invite à prendre toute la mesure de ce qui est déjà partie de notre quotidien, à abandonner l’espoir que quelque chose ou quelqu’un nous sauvera à étendre  notre sensibilité à tous les acteurs impliqués et à trouver les ressources qui sont déjà en nous pour dire présent. Nous utiliserons pour cela des cercles de « co-ressentir » et des exercices qui mettent en branle l’expression et l’intelligence intuitive du corps.

L’enjeu est d’apprendre à joindre la tête, le cœur et les mains et de nous  laisser réengager autrement dans  une relation de confiance au monde, aux autres êtres, à notre planète.

Catherine Eveillard enseigne la méditation Shambhala et la Voie de la société éveillée Architecte, écologiste et féministe, elle explore depuis quelques années les processus de méditation partagée, qui nous ouvrent à un monde où les frontières du moi, « mes pensées, mes opinions » apparaissent clairement obsolètes. Elle est membre fondatrice du centre de Dechen Chöling en Limousin où elle habite.

Elle est entourée d’une équipe formée de :

Pascale Canobbio, graphiste. Elle a commencé la pratique de la méditation il y a plus de 20 ans au Dojo Zen de Paris. Ordonnée nonne en 2011 par Roland Yuno Rech, mais simultanément nourrie par d’autres traditions, elle enseigne à son tour depuis 3 ans à  Joigny (Yonne).

Franck Le Naourèse pratique la méditation dans la tradition Shambhala-bouddhiste depuis 30 ans. Il enseigne les travaux paysagers et est le cofondateur du groupe l’Haÿ-les-Roses en Transition.

Simon Bertin, pratiquant Shambhla et jeune maraîcher bio en cours d’installation près de Dechen Chöling en Limousin.

Le week-end est ouvert aux militant·e·s comme aux pratiquant·e·s de la méditation et à toute personne qui se sent concernée par ces questions. Il sera précédé, le vendredi soir, par une conférence publique. plus d'informations

Il n’est pas nécessaire d’avoir participé au premier weekend Sourire à l’effondrement (en octobre 2019) pour venir à celui-ci.

Coordinateur : Franck Le Naourèze

Tarif : Non-membre: € 150 - Membre: € 120  
- Résidants hors Île-de-France : 100 €
- Revenus < 1000 € & Étudiants  -26 ans : 75 € ; le règlement pouvant être échelonné
Lieu: Centre Shambhala de Paris, 17 rue Eugène Varlin 75010 Paris.
Métro: Château Landon, Gare de L'Est, Gare du Nord.

Renseignements : Franck Le Naourèze

important : Lors de votre inscription en ligne, merci de remplir le message antispam en bas de page afin qu'elle soit prise en compte